Rev13a preface
Rev13 hennin
Rev13b sommaire
Acc1 responsables
Acc1 responsables
Accueil
Acc2a tatin
Cont1 secrétariat
Cont1 secrétariat
Cont1 achats 3
Rev14 haendel
Rev15 Theatralite
Rev14 haendel
Rev13 hennin
Rev12 wagner
Rev11 debussy
Rev10 noverre
Rev9 gluck
Rev8 prokofiev
Rev7 haydn
Rev6 chabanon
Rev5 livret
Rev4 texte
Rev3 representations
Rev2 interpretation
Rev1a preface
aNn1 activites
AaNn1a numeros
P1 Publicité
Cr1 Compte rendu

Entre histoire politique, intellectuelle et culturelle, ce nouveau numéro de Musicorum met en lumière des facettes encore méconnues des échanges concernant la France et la Suisse (plus précisément, la République de Genève) au XVIIIème siècle. Il offre la lecture de trois correspondances entretenues par Pierre-Michel Hennin dans la seconde moitié du XVIIIème siècle : avec Michel Paul Guy de Chabanon, puis Jean Benjamin de La Borde et enfin, François Tronchin. Si le numéro 6 de Musicorum paru en 2007-2008 est consacré principalement à Chabanon, celui-ci s’intéresse plus particulièrement à la figure d’un diplomate devenu son ami en 1766, Pierre-Michel Hennin, qui fit une carrière au sein des affaires étrangères sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI. Son parcours professionnel l’a conduit à Genève de 1765 à 1778, alors que Voltaire vivait en France voisine dans le Pays de Gex. Des liens sociaux se dessinent, des sympathies se déterminent selon des affinités circonstanciées qui permettent au résident de participer à la sociabilité des élites éclairées aussi bien en Suisse qu’en France. Les trois interlocuteurs de Hennin ont eux aussi fréquenté le châtelain de Ferney à un moment de leur existence.


On note au travers de la première des trois correspondances publiées (avec Chabanon) une inflexion de la hiérarchie des lieux culturels en Europe : Genève et sa périphérie deviennent intéressantes pour Paris alors même que le résident se plaint de son éloignement des lieux de distraction et d’échanges parisiens. Le réseau social qui se développe autour de Ferney et Voltaire apparaît nettement dans l’échange de lettres avec Jean Benjamin de La Borde, familier de Louis XV par sa charge, qui, après avoir conseillé Hennin dans les années 1770, saura lui demander son aide en 1780 quand il se trouvera lui-même en difficulté. Enfin, comme Michel Hennin, son fils, l’a écrit, Pierre-Michel Hennin n’était pas seulement un négociateur, il avait « du goût pour la littérature et les arts ». Ce dernier aspect est développé dans les trois correspondances mais plus particulièrement dans les lettres écrites depuis Versailles à François Tronchin, installé aux Délices à Genève. C’est ainsi que se construit au fil des pages l’imaginaire culturel du négociateur de la Cour du roi Louis XV face à ses interlocuteurs républicains avec qui il continuera des relations amicales après son départ en 1778, comme le prouvent ses messages à un des représentants de la famille Tronchin. Ses remarques concernant les tableaux de peinture ne portent pas la marque de la couleur, comme si sa mémoire ne retenait pas ces éléments essentiels, sauf au cours d’un message à Chabanon où il livre son jugement sur un goût marqué par l’afféterie : « […] Petit gris, jaune pâle ou cuisse de nymphe nue. »


La correspondance de Pierre-Michel Hennin n’est jusqu’ici connue que grâce à la publication des lettres écrites dans la période avant 1765, année de l’installation du résident dans ses nouvelles fonctions à Genève et grâce aux citations dans des ouvrages et des catalogues d’expositions ou à d’autres courriers adressés à Jean Benjamin de La Borde, François Tronchin et le peintre genevois Pierre Louis De la Rive. Le corpus des lettres publiées dans ce numéro de Musicorum ne représente ici, il va sans dire, qu’une mince fraction de toutes les lettres qui composent l’ensemble des échanges épistoliers entretenus par Hennin. Selon son fils, P.M. Hennin aurait écrit plus de 10 000 lettres dans sa vie. Il ajoute aussi dans l’avertissement à la correspondance inédite avec Voltaire, que son père prenait grand soin des différents courriers reçus et envoyés :

« Il conservait les lettres qu’il recevait, lorsqu’elles avaient quelqu’intérêt, ainsi que les copies de celles qu’il avait écrites. Ces correspondances, classées avec soin, et réduites par la suppression des moins importantes, forment un recueil d’environ dix mille lettres. »


La partie entre 1757 et 1765 a été éditée en 1973 par M.L.Berkvam. Cette publication a livré bien des renseignements sur la personne de Hennin qui savait allier rigueur dans la tâche quotidienne, réserve dans son attitude et curiosité intellectuelle. Malgré lui, il s’est dévoilé au lecteur :

« La correspondance est […] un premier pas dans le travail sur soi […]. Ainsi se construit, au fil des jours et de la plume, un portrait en partie double contenant à la fois le sujet et l’objet, le moi et l’autre. »


Ces trois correspondances permettent de compléter le portrait de cet homme sensible et intelligent. Elles offrent d’autres aspects du diplomate qui a éprouvé un sentiment douloureux de solitude durant ses séjours à l’étranger, notamment à Genève. Il explique le 29 août 1770 à Chabanon que la botanique pratiquée dans sa campagne de Pregny l’aide à oublier les moments de tristesse : « Ce fut une ressource de plus contre le vide de ce pays-ci. » Avec le recul du temps, en 1784, il sut prodiguer un conseil utile au neveu de François Tronchin, en partance pour l’Italie : ouvrir les yeux sur la société ou la nation qu’il fréquente en oubliant ses préjugés d’étranger : « J’exhorte M. votre neveu à quitter entièrement les lunettes de son pays pour voir les choses et les hommes. » Mais lui-même, l’a-t-il suivi lors de son séjour à Genève ?


La lettre, dans sa singularité, se livre au chercheur en toute connaissance de cause. Au cours des échanges épistolaires, elle nous informe sur la psychologie du destinataire et sur les sentiments que le rédacteur pense qu’il va éprouver en la lisant. On le devine aux questions pressantes et multiples de M.P.G. de Chabanon dans ces courriers afin de provoquer les réactions attendues chez P.M. Hennin :

« Parlez-moi de votre ville, des connaissances que j’y ai du cher papa Voltaire […]. Parlez-moi de vos plaisirs champêtres, je vous instruirai des événements de la Capitale lorsqu’il y en aura qui seront dignes de vous être mandés. »


Mais toutes les lettres ne parlent pas de littérature ni ne peuvent prétendre devenir des pièces d’anthologie du style épistolaire. Il y a des lettres familières, des lettres de voyages, des lettres politiques, ou plus intimes, des billets pour des arrivées, etc… Ces lettres n’ont pas été rédigées pour nous plaire, plus de deux siècles plus tard. Elles répondent à des finalités qui, avec le temps et le changement des pratiques sociales, nous échappent. C’est notre travail de les retrouver. Ainsi l’accès à la polyphonie des échanges, de natures diverses, assure au chercheur leur plus juste compréhension. S’agit-il vraiment de comparer ces trois correspondances réalisées à des époques différentes de la vie de Pierre-Michel Hennin ? Leur intérêt réside principalement dans les sujets abordés et la manière de les traiter car il a une façon particulière de manier conjointement la description, l’analyse d’un dossier ou d’une situation et les remarques personnelles. Qu’il écrive à Chabanon, La Borde ou Tronchin, le plaisir de communiquer avec eux, éventuellement de conseiller, n’éclipse jamais totalement les remarques politiques ou administratives. Ainsi le chercheur se retrouve confronté aux questions essentielles : comment déterminer quelles sont dans la vie d’un homme la part qui revient à sa personnalité, à son caractère et celle qui relève davantage du contexte social et de l’entourage ? Etudier les phases de la vie de Pierre-Michel Hennin durant lesquelles il fut actif sur le plan professionnel, ne permet pas de cerner complètement sa personnalité. Il faut donc aborder sa vie en tenant compte de ses relations, notamment avec Voltaire à Ferney, son activité de collectionneur, sa passion par la peinture et enfin son intérêt pour le théâtre et l’opéra. Ses allusions à son éloignement de Paris dans les lettres à Chabanon, soulignent combien il reste persuadé que tout se décide dans la capitale. A-t-il goûté à la vie culturelle bien présente à Genève ? Pourquoi n’en parle-t-il pas ou si peu à son ami Chabanon ?


Quand il fut résident à Genève, il se retrouva dans un environnement de négociations avec les membres de la République, en une période d’instabilité politique et sociale. La démocratie à Genève au XVIIIème siècle n’est que l’exercice direct de la souveraineté par le Conseil Général. L’article de d’Alembert, sur « Genève » placé dans le tome VII de l’Encyclopédie en 1757, montre un tableau idéalisé, largement inspiré par la magistrature genevoise contemporaine : « le gouvernement de la ville a tous les avantages et aucun des inconvénients de la démocratie. » Mais il touche aussi à la question du théâtre à Genève et c’est ainsi que vient sur la scène un autre interlocuteur incontournable du débat : Jean-Jacques Rousseau. Or, seules trois allusions à sa personne apparaissent dans la correspondance entre P.M. Hennin et M.P.G. de Chabanon. Les deux premières concernent, durant l’été 1766, la violente querelle entre David Hume et Rousseau. Chabanon mentionne l’affaire à son nouvel ami et Hennin lui répond immédiatement :

« Vous savez toute la querelle de J.-Jacques et de Hume » (Chabanon)

« Nous savons ici très imparfaitement la nouvelle prouesse de Jean-Jacques » (Hennin)


Mais la troisième revient sur la querelle du théâtre, sous la plume ironique de Chabanon. A l’automne 1768, amusé par la description de Hennin des réjouissances proposées à Genève, mais sûrement peu attiré par elles, Chabanon n’hésite pas à rappeler la condamnation faite par l’ancien « citoyen de Genève » des divertissements :

« Je vois au récit de vos fêtes que les mœurs genevoises vont se polissant et s’égayant de plus en plus. J.-Jacques parlerait sur un autre ton de cette métamorphose : pour nous qui verrons tout sous un aspect plus riant, nous nous accommoderons fort de voir la simplicité républicaine s’embellir d’une parure étrangère. »


Rousseau avait renoncé définitivement en 1763 au droit de Bourgeoisie pour protester contre l’inertie de ses concitoyens à la suite de la condamnation de ses œuvres. Son rêve républicain recommandait « les fêtes de Lacédémone » où « tout y respirait avec un charme secret de patriotisme qui les rendait intéressantes ». Dans sa lettre, Hennin vient de décrire un style de fête. Plairait-il à Rousseau ? « Il y avait des chansonniers, des bateleurs, une boutique de librairie fort plaisante et beaucoup d’autres scènes ou farces dont on n’avait pas l’idée dans ce pays-ci […] » en ajoutant un peu plus loin : « Dans quelques jours nous aurons un grand bal à Pregny, le Régt de Cambrésis ne gâte rien à ces assemblées. »


Toute correspondance du XVIIIème siècle impose à l’éditeur qui ne prend pas le parti d’une transcription « diplomatique » des choix en matière d’orthographe et de ponctuation puisque leurs règles ne sont pas les mêmes au siècle des Lumières. Une modernisation stricte a été respectée dans la publication des trois correspondances, de façon à produire un ensemble cohérent et accessible à tout lecteur des lettres. Dans cette perspective, la graphie des noms propres elle-même, qui peut être fluctuante d’une lettre à l’autre (en particulier pour les noms des familles genevoises citées par Hennin ou le nom de Monsieur de Rayneval que La Borde et Hennin n’orthographient pas de la même manière), a été harmonisée. Les titres des ouvrages cités ont été placés en italiques mais les mots soulignés le sont restés. Il a été décidé que la Bibliothèque de l’Institut de France serait notée B.I.F. et que la Bibliothèque de Genève serait représentée par le sigle BGE.


Il est temps de remercier la Bibliothèque de l’Institut de France, sa directrice Madame Mireille Pastoureau et Fabienne Queyroux, conservateur en chef des collections de manuscrits, d’avoir guidé les recherches dans l’immense fonds Hennin et donné l’autorisation de publier le contenu des lettres adressées à M.P.G. de Chabanon et J.B. de La Borde. Il en est de même pour la Bibliothèque de Genève et Madame Paule Hochuli Dubuis, assistante-conservatrice des manuscrits, qui ont accordé le droit d’éditer le choix de lettres effectué dans le fonds Tronchin 186. Le Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Michel Zink, a autorisé la publication du portrait de Pierre-Michel Hennin placé dans son bureau. Enfin, l’Institut Voltaire et François Jacob son directeur, ont autorisé la reproduction du tableau de C.G. Geissler dans le présent volume.


Puissent ces trois correspondances, leurs introductions et, tout particulièrement, les articles qui concernent la vie politique, sociale et culturelle, mettre en lumière les fondements, l’organisation et la richesse de la société cosmopolite éclairée dans laquelle ont vécu P.M. Hennin et ses interlocuteurs.


Laurine Quetin,    Université François-Rabelais de Tours


  

N° 13a

Préface

Préface

Retour

Dialogisme culturel européen au siècle des Lumières :

Relations épistolaires de P.M. Hennin avec M.P.G. de Chabanon, J.B. de La Borde et F. Tronchin

Sommaire