Acc1 responsables
Acc2a tatin
Acc1 responsables
Accueil
Cont1 secrétariat
Cont1 secrétariat
Cont1 achats 3
Rev17 Querelles
Rev16 Oratorio
Rev15 Theatralite
Rev14 haendel
Rev13 hennin
Rev12 wagner
Rev11 debussy
Rev10 noverre
Rev9 gluck
Rev8 prokofiev
Rev7 haydn
Rev6 chabanon
Rev5 livret
Rev4 texte
Rev3 representations
Rev2 interpretation
Rev1 melanges
AaNn1a numeros
AaNn1a numeros
P1 Publicité
aNn1 activites
M1 Communications
Cr1 Compte rendu
Cr1a bouissou
Cr1b kintzler
Cr1c belissa
Cr1d gier
Cr1e decroisette
Cr1f schnapper
Cr1g crousier
Cr1h munch
Cr1i ensem corr
Cr1 Compte rendu
Cr1j Kennaway

Compte rendu rédigé par David Gasche

Dr. en musique et musicologie, Université François Rabelais de Tours et Wien Universität

Künstlerisches Diplom (spécialité clarinette), Prayner Konservatorium für Musik und Dramatische Kunst



                Musicien, compositeur, professeur, formateur, peintre et sculpteur… c’est cette interdisciplinarité et cette expérience développées pendant plus de trente cinq ans que nous transmet Claude Crousier dans son ouvrage Le « JE » musical. Ce livre, agrémenté d’illustrations, d’exemples précis et d’anecdotes, traduit tout au long de ses pages un souci de partage de la musique entre l’auteur et ses publics, par le biais de l’enseignement et la pratique instrumentale. Ce recueil d’articles sur la pédagogie musicale trace un parcours couvrant un large champ d’informations et s’adresse avant tout aux étudiants et aux enseignants souhaitant compléter leurs connaissances. Après des études au CNSM (Conservatoire National Supérieur de Musique) de Paris, Claude Crousier a été soliste dans les ensembles de musique contemporaine : 2E2M et l'Itinéraire à Paris. Par la suite, il a été engagé comme professeur de clarinette à Nice et clarinette solo dans son orchestre. L'orchestre de Marseille l'accueille également comme clarinette solo durant cinq ans. Parallèlement à sa fonction de professeur de clarinette au CNRR (Conservatoire National à Rayonnement Régional) de Marseille et de professeur de pédagogie au Cefedem Sud (Centre de Formation des Enseignants de Danse et de Musique) et au Cefedem de Lorraine (jusqu’en 2012), Claude Crousier  a poursuivi sa carrière de soliste avec l’ensemble Musicatreize et celles de chambriste et de compositeur en France à l’étranger. Ses œuvres orchestrales, chorales et de musique de chambre sont éditées chez J.M. Fuzeau, Lemoine et Billaudot. Ses écrits littéraires, articles et ouvrages, notamment Le musicien et le groupe, (Éditions Sedim, Paris, 2001), constituent un autre apport du musicien à la pédagogie. Son travail avec le Studio Instrumental à Aix en Provence et avec le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) de Marseille le conduit vers des recherches en musique contemporaine et informatique. Il a effectué de nombreux enregistrements avec les Orchestres de Nice et de Marseille, avec Musicatreize et le Studio Instrumental (CD Beyond clarinettes et électroacoustique). Le mariage de ces diverses pratiques artistiques le porte souvent vers des « Vernissages-Concerts » où se mêlent littérature, musique et peinture (récemment à la Cité de la Musique à Marseille) et vers des « Stages-Concerts » (dernièrement au Conservatoire à rayonnement régional d'Amiens).


                L’ouvrage, Le « JE » musical,  qui se divise en quatre chapitres principaux, offre en couverture une photo originale de Claude Crousier pendant ce qui semble être une représentation. Pourquoi ce choix ? Cela n’est pas sans rapport avec le titre général « Itinéraire insolite d’un artiste pédagogue » car ce livre est le fruit d'un travail de recherche associé à une expérience de terrain. Une préface du compositeur Henri Fourès et un court préambule de Claude Crousier introduisent le corps de l’ouvrage que viennent clore la conclusion et la table des matières. L’ajout d’un CD comprenant neuf titres composés, transcrits, improvisés et interprétés par Claude Crousier vient enrichir les propos par une touche musicale inédite démontrant cette alternance entre théorie et pratique. On notera l’absence d’une bibliographie bien que l’auteur fasse souvent référence à ses propres travaux et à d’autres ouvrages pédagogiques. Les lecteurs auraient apprécié une courte bibliographie recensant les publications actuelles puisque l’objectif affiché dans ce livre est de compléter les lacunes dans ce domaine. De même, il est regrettable que certaines normes de rédaction soient négligées comme l’omission de notes de bas de pages, l’absence de citations et la présence d’images sans référence. Il est difficile de percevoir dans certaines parties quels sont les apports réalisés par l’auteur. Les « voir plus loin » énoncés à plusieurs reprises interrompent la fluidité de la lecture et ne sont peut-être pas nécessaires. La numérotation des pages des paragraphes dans la table des matières n’est pas indiquée, ce qui permettrait pourtant une consultation ciblée plus efficace. Le développement de l’argumentation s’appuie sur des informations générales, des parties techniques ainsi que sur des réflexions personnelles et des émotions perçues par l’auteur comme la joie de jouer des « sons multiples » (p. 70) ou de pratiquer « ce beau métier » (p. 117). La présentation est aérée et de bonne qualité, la délimitation des chapitres et de leurs parties demeure bien définie permettant une lecture aisée du texte. En effet, le style de l’auteur la rend facile et abordable. Le ton léger et presque familier de certaines sections peut prendre parfois la forme d’un cours ou d’une formation (p. 48-50, p. 91-92). Cette mise en situation s’explique sans aucun doute par cette relation longtemps développée entre le professeur expérimenté qu’est Claude Crousier et ses étudiants. D’autres paragraphes atteignent en revanche un haut niveau de recherche proche d’un article musicologique (p. 98-107).

                Le premier chapitre « Les apprentissages » (p. 7-58) répond aux fréquentes questions certainement posées à Claude Crousier par les enseignants ou lors de ses stages de formation. L’auteur fournit de nombreux détails et conseils pratiques sur la mise en œuvre d’un cours de clarinette et les relations entre le professeur, l’élève et ses parents. L’ensemble de ce chapitre comprend quatre sections : le corps, l’intellect, le matériel, le lieu et les conditions atmosphériques. Les indications sur le choix du matériel (méthodes d’apprentissage, instrument, anche, ligature et accessoires) se révèlent d’une grande utilité pour tous professeurs et élèves souhaitant parfaire ses connaissances. Ces annotations, qui ne sont pas nouvelles en soi, ont le mérite d’être simples et logiques. Les descriptions techniques sur l’embouchure (p. 24), les cavités nasales et orales (p. 26) et le bec de la clarinette (p. 40) sont aussi très pertinentes. En revanche certains détails de ce chapitre n’ont pas une relation directe avec la pédagogie musicale, notamment la définition de la composition de l’air (p. 23). La question se pose : quel est l’intérêt de ce passage notamment pour les élèves ? Au travers de son expérience, Claude Crousier fait part de situations concrètes comme celle de gérer des émotions telles que « le trac » (p. 37) ou le don musical (p. 48). De nombreux professeurs adhéreront aux exemples donnés car ces situations sont communes et font partie du quotidien. Toutefois, certains points de vue sont plus discutables ou demeurent peut-être plus difficiles à mettre en œuvre comme la présence des parents lors d’un cours ou les évaluations. Repenser la fonction des épreuves et améliorer la communication sont des thèmes récurrents pour le milieu enseignant. De plus, les modes de fonctionnement varient suivant les établissements. Comme le signale l’auteur (p. 49), les parents ne sont pas forcément admis dans les salles de classe et les conseils avancés dans cette section ne peuvent s’appliquer. Les formalités des concours d’entrée et des examens de fin d’année varient suivant les écoles de musique et les conservatoires. De nombreuses contraintes souvent d’ordre administratif sont aussi imposées et c’est à chaque professeur de s’adapter et faire preuve de souplesse. Une remarque concernant le récit « recréation » : sous forme humoristique (p. 53-57), il met en évidence l’importance de la position de la main gauche mais il aurait mérité d’être plus accessible à un jeune élève. Enfin, est-il indispensable d’inclure d’autres instruments comme le violon ou faire appel à d’autres disciplines ? A vouloir s’adresser à chaque lecteur n’y-a-il pas le risque de s’éloigner du dessein initial ? Ce premier chapitre n’en demeure pas moins une référence qui servira de guide aux futurs professeurs d’instruments et aux étudiants des Cefedem.

                C’est encore au travers de son expérience et de ses observations que Claude Crousier développe le deuxième chapitre « La culture » (p. 59-79). Ses connaissances précises sur l’interprétation du répertoire, l’improvisation et la musique contemporaine font l’objet de cette partie. L’auteur propose de nombreux exercices pour diversifier et enrichir l’apprentissage d’un instrument. Il inclut de même de courtes analyses (par exemple le début du deuxième mouvement du concerto de Mozart) pour souligner comment la compréhension du texte musical permet une meilleure exécution. Les parties sur l’importance de l’exemple ou le rôle de l’improvisation comme moyen pédagogique (accompagné d’exercices) constituent des outils adaptés qui aideront les enseignants. Claude Crousier se fait aussi le défenseur de la musique contemporaine : il survole rapidement son histoire, relate sa propre découverte de ce répertoire et en démontre ses apports. Bien que claires et bien argumentées, certaines sections font appel à des connaissances précises que n’ont pas encore abordées ou assimilées les élèves (les notions d’arsis et de thesis p. 63 ou les modes de Messiaen p.76). Une nouvelle fois se pose aussi la question de savoir si tous les exercices sont applicables en cours et qui dit interprétation dit sujet à débat suivant les professeurs, les méthodes et les pays. Ce chapitre permet néanmoins d’améliorer les qualités pédagogiques d’un cours et de développer les aptitudes des élèves pour parvenir à une certaine forme d’épanouissement musical.

                Dans le troisième chapitre « Les techniques » (p. 80-112), Claude Crousier détaille dans un premier temps les différentes techniques respiratoires, d’embouchures et de détachés. L’expérience de l’enseignement prouve combien il est parfois difficile d’expliquer certains procédés qui relèvent de la sensation. Les explications fournies par l’auteur sont convaincantes et à la portée de tous. Cela se perçoit particulièrement dans les paragraphes dédiés à la production de sons souvent perçus comme difficiles par les clarinettistes comme le flatt, le slap, les sons multiples ou les sons fendus. Claude Crousier fournit « une recette » simple sous forme d’exercices pour réaliser ces différents sons. Dans un deuxième temps, l’ouvrage entre au cœur de la pédagogie musicale en abordant une préoccupation souvent commune aux enseignants : les méthodes de travail. Comment accompagner l’élève dans son parcours musical ? Il ne s’agit pas seulement en tant qu’enseignant de former des exécutants mais bien des interprètes qui comprennent le sens de la musique. En conséquence, Claude Crousier fait un inventaire de divers systèmes d’apprentissage destinés à guider les jeunes instrumentistes dans leurs progrès allant du déchiffrage à la réalisation finale. L’auteur donne des méthodes adéquates pour surmonter les obstacles et démontre les relations nécessaires entre le travail personnel, la compréhension du texte, le rôle du corps et de l’esprit en tirant profit de courts extraits du concertino de Weber et du concerto de Mozart. L’analyse de la Première Rhapsodie de Debussy est d’une grande qualité et enrichit sensiblement le livre en apportant une nouvelle ouverture. Les solutions proposées par Claude Crousier et la valeur de cet extrait intéresseront musiciens et musicologues. La transition, composée d’un court paragraphe sur la communication et le vocabulaire - déjà développé auparavant - surprend par son style et son contenu et ne semble plus avoir sa place dans ce chapitre. La dernière partie sur les clarinettes digitales et le son traité par informatique décrit de façon sommaire l’évolution de la facture instrumentale. Le lecteur aurait certainement apprécié d’avoir des compléments d’informations sur ce sujet, notamment sous la forme d’une bibliographie ou de sites internet. En résumé, ce chapitre procède à une étude minutieuse des techniques et méthodes de travail. L’ensemble se montre très convaincant grâce aux nombreux exemples proposés.

                Le dernier chapitre « la formation » (p.113-116) répond pour l’essentiel à ces deux questions : Quelles sont les formations possibles pour un professeur ? Quels sont les domaines légaux où un enseignant peut exercer sa fonction ? L’accent est mis sur le besoin toujours plus grand de la formation continue et du désir de perfectionnement. Claude Crousier se contente cependant d’énumérer les nombreux secteurs sans rentrer dans les détails et renvoie à des sites internet. On pourra reprocher à l’auteur cette section un peu sommaire et son contraste avec les longs chapitres antérieurs.


                L’ouvrage constitue un apport essentiel dans le domaine de la pédagogie musicale et on ne peut que remercier Claude Crousier pour sa démarche pratique associée à des connaissances précises, fruits d’une longue expérience. Ecrire un livre de pédagogie reste un exercice complexe faisant souvent l’objet de débats. La plupart des travaux actuels sont d’ailleurs des actes de colloques ou des ouvrages collectifs mais peu proposent la synthèse de réflexions et de pratiques d’un même auteur. Le « JE » musical aborde des notions essentielles et élabore une argumentation étayée par des exemples, des exercices et des anecdotes judicieusement choisis. L’auteur de cet ouvrage souligne avec vigueur : « l’homme n’a pas le droit d’enfouir volontairement ses acquis ». Claude Crousier est un spécialiste qui partage et communique à son lecteur son expérience et sa passion pour la musique.



Site internet de Claude Crousier

http://www.prodcrousier.com/crousier-claude-299/Musicien,-compositeur.html


Bibliographie

- AUDUBERT Philippe, Enseigner les musiques actuelles, Collectif RPM, Recherche pédagogie musicale, 2012.

- CROUSIER Claude, Le musicien et le groupe : le point de vue d'un professeur de clarinette, Cité de la musique, Département pédagogie et documentation musicales, Paris, 2001.

- DAUPHIN Claude, Pourquoi enseigner la musique ? propos sur l'éducation musicale à la lumière de l'histoire, de la philosophie et de l'esthétique, Les Presses de l'Université de Montréal, 2011.

- JOLIAT François, La formation des enseignants en musique : état de la recherche et vision des formateurs, 1er Colloque international sur la professionnalisation de la formation des enseignants,- Bienne, 30 juin-2 juillet 2010, L'Harmattan, Paris, 2011.

- LARTIGO Jean-Claude, Repères bibliographiques pour les musiciens enseignants, Cité de la musique, Département pédagogie et documentation musicales, Paris, 1998.

- MADURELL François, Les situations collectives dans le parcours d'apprentissage du musicien, journées d'études, Mayenne, 25-26 janvier 2010, Aedam musicale, Laval, 2012.

- MANEVEAU Guy, Musique et éducation : essai d'analyse phénoménologique de la musique et des fondements de sa pédagogie, réédition, Edisud, Aix-en-Provence, 2000.

- REGNARD Françoise et CRAMER Evelyn, Apprendre et enseigner la musique : représentations croisées, actes des 3es et 4es Journées francophones de recherche en éducation musicale, L'Harmattan, Paris, 2003.

- TERRIEN Pascal et LEROY Jean-Luc, Perspectives actuelles de la recherche en éducation musicale, colloque tenu à l'IUFM d'Aix-en-Provence, 27-28 novembre 2009, L'Harmattan, Paris, 2011.

- TERRIEN Pascal et LEROY Jean-Luc, La Voix et l'éducation musicale : contribution à la réflexion et à l'action pédagogique, L'Harmattan, Paris, 2012.

- WIRTHNER Martine et ZULAUF Madeleine, À la recherche du développement musical,   L'Harmattan, Paris, 2002.





 

Comptes rendus

Claude Crousier

Le « JE » musical, Itinéraire insolite d´un artiste pédagogue,

Allauch, France, Onésime 2000, 2014, 124 p.

 

Sylvie Bouissou

Catherine Kintzler

Marc Belissa

Albert Gier

Françoise Decroisette

Laure Schnapper

Claude Crousier

Marc-Mathieu Münch

Ensemble Corrélatif

Retour

James Kennaway